les matériaux

L'emplacement d'un château au Moyen Âge n'est jamais le fruit du hasard. Point stratégique pour contrôler un axe ou une route, édifice permettant d'affirmer à la vue de tous son pouvoir et son autorité, l'implantation d'un futur château résulte toujours d'une logique précise.

un emplacement qui n'est pas le fruit du hasard !

Les matériaux nécessaires à la construction sont transportés par les chevaux - © Guédelon – ph. C. Guérard

Guédelon n'échappe pas à la règle ! Le choix du terrain a été déterminé par la ressource de ce dernier en matières premières. Au Moyen Âge, les transports coûtent cher, notamment en raison des nombreuses taxes et péages qui peuvent faire doubler la valeur du matériau.

Dans les comptes de chantier du château de Druyes-les-Belles-Fontaines, on peut lire que Robert COIGNET, charretier demeurant à Entrains-sur-Nohain (à 16 Km de Druyes) a été payé 40 sous pour la livraison de "4 queues* de chaux vive pour le mortier des escaliers"   * unité de mesure très variable, dans les comptes de Druyes, 1 queue = 1 tombereau. En comparaison, un charpentier a été payé la même somme pour fournir une porte et un tirant.

De plus, ces transports, réalisés avec une traction animale ou sur voies d'eau, rallongent considérablement le temps de la construction.

Il était donc nécessaire de trouver un terrain sur lequel les oeuvriers auraient à disposition l'essentiel des matériaux : une forêt, une ancienne carrière de pierre, de la terre, du sable, de l'eau ; il n'en fallait pas plus... 

la pierre : le grès ferrugineux

Bloc de grès ferrugineux extrait de la carrière de Guédelon - © Guédelon – ph. Guédelon

Le grès ferrugineux :

On retrouve cette pierre dans les différentes constructions locales, que ce soit dans les grands et prestigieux édifices comme le château de Ratilly... mais aussi plus modestement dans les maisons poyaudines.

Elle est extraite directement de la carrière située au pied du château en construction.

C’est une roche sédimentaire provenant de la consolidation de sable par couches successives. Une fois dégagé de la terre sablonneuse qui le recouvre, le grès se présente sous forme de tables plus ou moins dures et épaisses.

Une économie de chantier, valable au Moyen Âge comme sur le chantier de Guédelon, veut que l'on ne gaspille pas les matériaux. C'est la raison pour laquelle, la pierre de mauvaise qualité, friable et les déchets de carrière sont mélangés au mortier pour servir au remplissage des murs (épaisseur des murs de Guédelon : 3,50 m en moyenne).

Une autre pierre, blanche, le calcaire, est utilisée dans le château pour les ouvrages d'art comme les voûtes, les fenêtres... Cette pierre provient d'une carrière située à quelques kilomètres de Guédelon.

le bois : le chêne

Abattage d'un chêne en forêt de Guédelon © Guédelon – ph. Guédelon

Le bois est un élément omniprésent dans la construction au Moyen Âge : galeries couvrant les chemins de ronde, hourds au sommet des tours, passerelles, ponts, portes... Son caractère putrescible fait qu'il a très souvent disparu dans ses utilisations extérieures. Seules quelques charpentes ont réussi à parvenir jusqu'à nous.

Dans la forêt de Guédelon, le chêne est roi. Les bûcherons abattent les arbres selon un plan de coupe précis et réfléchi : tel arbre, de telle section, de telle hauteur servira à réaliser le linteau de la cheminée ou les poutres maîtresses du logis seigneurial. Chaque abattage répond à une logique de construction définie à l'avance.

Si la forêt de Guédelon ne contient pas les sections recherchées, nous nous fournissons, comme l'auraient fait les bâtisseurs du Moyen Âge, dans des forêts voisines. Tel l'abbé Suger qui eut beaucoup de mal à trouver dans l'ensemble de la forêt des Yvelines, les grands et longs chênes dont il avait besoin pour construire la basilique de Saint-Denis, nous avons dû, à Guédelon, procéder de la même manière pour les charpentes du logis. 

une terre aux multiples facettes

Pots d'ocre et d'hématite extraits à Guédelon © Guédelon – ph. C. Guérard

Le sol de Guédelon est composé d'une terre extrêmement "riche" pour les bâtisseurs :

- une terre sableuse, qui une fois tamisée, est utilisée dans la composition du mortier. Le mortier est la colle qui permet de sceller toutes les pierres entre elles. Il est fabriqué sur le chantier à partir d'eau, de chaux et de sable.

- une terre argileuse qui permet à nos tuiliers de mouler toutes les tuiles et carreaux de pavement pour le château.

- des pigments comme l'ocre et l'hématite, qui une fois extraits du sol, sont utilisés pour réaliser toutes les peintures murales du château.

en direct de Guédelon